70 ans après la libération des camps, le traumatisme est encore bien présent pour les déportés Tziganes. Les « oubliés » de l’Histoire se font entendre aujourd’hui. En effet, les 6 500 tsiganes français internés dont plus de 200 seinomarins, pendant la Seconde Guerre Mondiale, souhaitent que cette persécution et le rôle des autorités françaises de l’époque, soient enfin reconnus aux yeux de tous. Cette demande est d’autant plus importante pour les survivants car les camps étaient administrés et gérés par des Français, à l’instar de celui de Darnétal. Témoignage.

(194)

Catégorie:

Inclassable

Mots-clefs:

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqué avec *

*

2 commentaires

  • FAVREAU il y a 2 ans

    Bonjour,
    je souhaiterai entrer en contact avec ce Monsieur GUREME rené dit Lucien.
    En effet, je fais de la généalogie et il se trouve que sa femme serait de ma famille.
    Moi-même j’ai habité Rouen pendant 47 ans et je connais bien Darnetal.
    Pouvez-vous me dire comment prendre contact avec ce parent ?
    Avec tous mes remerciements
    Madame FAVREAU